EXTRACTION Pièce de théâtre . Auteur André MEDOUNI, Mise en scène André MEDOUNI, avec Marie-Anne PAULY

PIÈCE EN TROIS ACTES Tableau de Nicolas CANU

Lire la suite...

EXTRACTION Pièce de théâtre . Auteur André MEDOUNI, Mise en scène André MEDOUNI, avec Marie-Anne PAULY

On peut s’attendre à tout, car on n’est parti de rien et que pour tout se vaille, il ne faut rien qui vaille : voilà ce qui résumerait le drame de cette Extraction. Une plongée au cœur de l’industrie des discours du XXe siècle qui verra dans cette fin de l’histoire, l’apparition d’un commerce florissant contemporain : le commerce des idées. J’ai voulu raconter l’histoire d’une extraction et comme les mots ne font rien aux choses, j’ai pris des choses, des boîtes à idées pour en faire des mots. Arrive ce qui devait arriver, le choc des discours qui marquèrent le XXème siècle, ce travail inexorable de la langue à l’intérieur de soi. La confusion devient confondante jusqu’à l’indigestion, on ne comprend rien et ça travaille de l’intérieur jusqu’à l’indigestion… Une reprise de cette fin de l’histoire comme fin des discours du XXe siècle. Pourquoi seulement la fin du XXéme et ses discours ? Parce que tout est dit ! Parce que c’est à l’origine du non-sens contemporain plein de sens, jamais trop éloigné de l’instant pour faire des instantanés où l’on n’a que l’écume des mots, faute de penser, on ronge les mots, les bons, les mauvais parfois en groupe, en meute souvent en troupeau, impossible de se frayer un chemin. L’extraction, c’est au contraire un effet du discours pour dire que l’inertie, le souffle des mots nous parvient, nous est parvenu, nous parviendra : le pouvoir du discours. Extraction : extraire, soustraire à ou sortir de… en fait, montrer comment la dernière, l’ultime, prise de pouvoir du pouvoir, c’est le réel dans ce commerce des discours qui travaillent nos sociétés. La tension est là, ouverte, à la violence aveugle de ces ritournelles et l’intention est là, muette, protégé, fabriqué, transplanté, des fictions comme pour agir sur le présent par la dénaturation. Pour le dire, le théâtre s’y prêtait le mieux, car la scène est un non-lieu du propos, un moyen de montrer la sortie... mais dans une impasse. Mais, il ne se passe plus rien entre les êtres réduits à l’état du libre jeu de leurs fragiles avoirs sinon un contentieux insolvable dont ils ne parviennent pas à se débarrasser qu’au prix du mystère, du silence, du secret : ils sont muets. C’est pour cela que l’on a appris à parler pour ne rien dire. Ces personnages sont possédés par le néant. Loin de la glose sur notre relation aux objets, ils comprennent surtout ce qu’ils ne voient pas et n’entendent pas, sorte d’immédiateté industrieuse, privilège et apologie de l’instinct sur l’acte réfléchi. Il n’y a pas de relations, mais une mécanique des collisions sans nom et sans structure sur des organismes. Ils sont l’écho d’une histoire qu’ils ne comprennent pas, mais qui les meut et qu’ils subissent non en conscience, mais dans leur for intérieur. Marie-Anne ne voit-tu rien venir ?

POÉSIE URBAINE

Je n'ai rien à vous dire!

Lire la suite...

Séminaire sur l’esthétique semestre 2 : Psychanalyse et esthétique

Au premier semestre, il a été question de lire les grands textes de la psychanalyse et plus précisément ceux consacrés à l'esthétique.Puis ensuite en lien avec la théorie de l'interprétation, nous avons vu en quoi l'oeuvre de Lacan s’inscrivait dans une continuation de l’entreprise freudienne. Le travail du second semestre portera plus précisément sur une articulation du point de vue herméneutique de la théorie des formes d'Ernst Cassirer avec la logique du signifiant. Vous aurez à traiter autant d’œuvres picturales que d’œuvres cinématographiques. Deux cours seront consacrés à des auteurs comme David Lynch, Bunuel...

Le cours sera mis en ligne prochainement...

Photographies Paul LEFAUCHEUR

Série 1 : Topoï EPSON043.JPG©2016Tous droits réservés

Pour réaliser ma composition sur le corps entre fixité et mouvement, je suis parti d’une observation qui au début est le fruit d’un hasard. Je voulais travailler sur le point de vue et la déambulation dans un espace public pour fixer la géométrie des flux au travers d’un espace architectural.

Lire la suite...

« Je ne suis pas un peintre »

BEHI SHAMIRI propose une œuvre atypique qui se commente de l’intérieur. C’est une œuvre sans histoire qui superpose les plans, irréductible à sa propre chronologie, inassignable à un lieu, un temps, une époque. C’est le produit d’une déconstruction intérieure où tout est visible mais où rien ne se représente. «Je ne suis pas peintre !» m’a-t-il dit. Traduisez : débrouillez-vous avec cela !

Lire la suite...

Les continents silencieux du savoir : Psychanalyse de l’échec scolaire »

« ZERO DE CONDUITE…. » Reprenant les résultats de la précédente intervention nous entrerons dans la logique des contenus pour comprendre ce qu’est le désir d’apprendre comme l’expression de la volonté de comprendre. Nous ne pouvons ne pas nous interroger quant à la maîtrise dès le plus jeune âge de certains jeux vidéo voire de jeux de cartes (Yugi-yo, pokemon, magic…) dans les cours de récréation lesquels supposent souvent des apprentissages importants de règles et de procédures mais aussi une mise en œuvre importante d’exercice de mémorisation. Les premiers cas d’addiction aux jeux ont montré que la quête ludique à l’aune du plaisir de jouer révèle une composante importante de la vie psychique trop souvent négligée dans la pédagogie.

Lire la suite...

PHILOSOPHIE ESTHÉTIQUE : Phénoménologie de l'architexture

« Nous sommes à une époque où l'espace se donne à nous sous la forme de relations d'emplacements. En tout cas, je crois que l'inquiétude d'aujourd'hui concerne fondamentalement l'espace, sans doute beaucoup plus que le temps; le temps n'apparaît probablement que comme l'un des jeux de distribution possibles entre les éléments qui se répartissent dans l'espace. » Michel FOUCAULT Of Other Spaces, Heterotopias In Architecture, Mouvement, Continuité. Vol

Lire la suite...

Séminaire sur l’esthétique semestre 1

''Le cours portera sur l’étude de la critique du Jugement (allemand : Kritik der Urteilskraft) de Kant, traduction d'Alexis Philonenko.''

Séminaire 2 - Prolégomènes à l'unification de la matière : Sur la théorie des objets

Le monde tel qu’il se donne semble avoir peu de sens. La première tâche que nous devrions nous assigner pourrait être d’élucider ce mystère qui inaugure toutes les formes de la réflexion moderne mais ce serait se fourvoyer. Par ailleurs, il y a une grande difficulté à supposer que l’on puisse reformuler la question des fondements d’un point de vue critique. On pourrait penser qu’il s’agit là d’une nouvelle tentative de la philosophie de penser au mieux un nouveau système ou au moins une approche critique de la philosophie de l’histoire. Or, il n’en est rien....

Lire la suite...

Conférence sur Alexis PHILONENKO

Le sens de l'histoire chez Alexis PHILONENKO

Concours

Reprenant une tradition de travail de réflexion de "L’École de Boulogne". L'Université Libre organise, un concours bisannuel de mémoires sur une question visant à faire progresser la recherche et la réflexion dans différents domaines. Les mémoires retenus feront l'objet d'une présentation publique. Le concours est ouvert à tous, universitaires, enseignants, jeunes chercheurs,mais aussi à toutes les personnes ayant une expérience et une expertise professionnelle ou manifestant un intérêt pour la question. Les modalités d'inscription seront communiquées sur le site.

Enseignement

L’Université Libre est animée par des bénévoles ; c'est une association loi 1901. Elle laisse une place importante aux jeunes déscolarisés ou non, qui ont suivi tout ou parties de leurs études au Centre de recherches LIECOM. Aussi, elle poursuit le but de promouvoir la recherche et développer la formation auprès de la jeunesse.

Lire la suite...